Le château de Nijō, témoin du règne Tokugawa

Le château de Nijō fait partie des monuments historiques incontournables lors d’un passage à Kyoto. Inscrit Patrimoine Mondial de l’Humanité, il est recommandé par les professionnels du tourisme et sa visite est incluse dans les circuits organisés. 

Si jusque-là, nous vous avions présenté des temples, nous vous présentons aujourd’hui un autre type de monument, une véritable forteresse dont les atouts sont préservés. Le château de Nijō est magnifié par le contraste d’une infrastructure imposante et d’un agencement harmonieux. En effet, le domaine comprend, en plus de ses deux principaux palais, de somptueux jardins dont l’accès permet aux visiteurs d’en découvrir, ressentir et apprécier tout le charme.

Comment se rendre au Château de Nijō ?

Le Château de Nijō est installé dans l’actuelle Vieille Ville de Kyoto, à l’ouest. Comme de nombreux monuments situés à proximité du centre, son accès est relativement simple. En effet, en optant pour un trajet en bus, vous avez le choix entre la ligne 9, la ligne 50 et la ligne 101 pour y arriver. Si vous avez la possibilité de vous y rendre à vélo, cela vous fera une demi-heure de promenade au départ de la gare. L’accès est autorisé tous les jours de 8h45 à 16h, sauf le jour du Nouvel An ainsi que les mardis du mois de Janvier, des mois de Juillet et Août et du mois de Décembre.

Si vous souhaitez l’intégrer dans un circuit, vous pouvez le visiter avant le Kinkaku-ji, qui se situe approximativement à une demi-heure en bus vers le nord. Vous trouverez l’emplacement exact du Château de Nijō ainsi que les itinéraires possibles en visualisant la carte sur Google Maps.

Histoire et présentation du Château de Nijō

Le Château de Nijō a été construit en 1603 suivant la demande d’Ieyasu Tokugawa, premier shogun de cette dynastie. Sur une surface de 275.000 m², seuls 3% de cette surface comporte les constructions. Ce château comprend toutes les caractéristiques d’une forteresse, encerclé tout d’abord par une douve, puis un deuxième fossé intérieur qui entoure uniquement le Palais Honmaru. L’autre palais qui se trouve dans l’enceinte est le Ninomaru, un agrandissement réalisé en 1626, sous le shogunat du troisième Tokugawa, Iemitsu, pour marquer le passage de l’Empereur Go-Mizunoo. Autrement, le Château de Nijō fût principalement destiné à accueillir les Tokugawa lors de leur visite à Kyoto.

 En mars 1788, Kyoto est ravagé par un grand incendie, détruisant notamment le Palais  Honmaru. Ce dernier ne sera reconstruit qu’en 1862, peu avant la fin du règne des Tokugawa, par l’avant-dernier shogun, Iemochi. Celui qui le succède en 1866, Yoshinobu Tokugawa, y remit le pouvoir à l’Empereur Mutsuhito en 1867. C’est le début de l’ère Meiji.

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, en 1939, le Château de Nijō devient la propriété de la ville de Kyoto, qui en permet l’accès public dès 1940. Aujourd’hui, il est incontournable non seulement parce qu’il reste très peu de châteaux dans cette ville, mais aussi, parce qu’il représente 200 ans de l’Histoire du Japon, sous le puissant règne des shoguns.

Par ailleurs, la visite du Château de Nijō promet une belle diversité d’intérêts. En effet, dès l’entrée, on peut apprécier la beauté de l’architecture japonaise, adaptée au contexte de l’époque. Les portes imposantes n’enlèvent en rien la finesse des détails et des ornements de l’entrée principale, donnant accès immédiatement à l’un des jardins des palais. Bassin, îlots, étangs, rochers, ponts se marient avec un environnement aujourd’hui très boisé et très bien entretenu. Dans les palais Ninomaru et Honmaru, on retrouve une décoration intérieure culturellement riche, avec de nombreuses œuvres peintes directement sur les portes, parois et plafonds des pièces, dont quelques-unes, sur un fond d’or.

On ne peut achever la présentation du Château de Nijō sans parler de sa spécificité anecdotique : son « parquet rossignol ». Il s’agit d’un système qui a été conçu pour prévenir la présence d’intrus en émettant un son similaire au sifflement du rossignol lorsqu’on foule le parquet.

 

Photos :

Château de Nijo - TheLordMayor

Plan du Château de Nijo : By vector image GothikaThis vector graphics image was created with Adobe Illustrator. (Own work) [GFDL or CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0], via Wikimedia Commons

Château de Nijo – Robert Young

Portail du Château de Nijo : By Tomomarusan (This is the creation of Tomomarusan) [GFDL, CC-BY-SA-3.0 or CC-BY-2.5], via Wikimedia Commons

Jardin du Château de Nijo – Miss Vichan

Une réponse à Le château de Nijō, témoin du règne Tokugawa

  1. Amanda dit :

    Voilà un endroit magnifique qu’il faudrait bien que je visite un beau jour! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux × 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>