La mythologie japonaise : Tsukiyomi

Photographies de la lune

De retour du souterrain séjour des défunts, yomi-no-kumi en japonais, Izanagi dû se purifier. De cette purification émergea sans doute la fratrie la plus célèbre de toute la mythologie japonaise.

De son œil droit naquit alors Amaterasu ō mi kami, la déesse du soleil. Puis, de son œil gauche, il engendra Tsukiyomi que nous allons découvrir aujourd’hui. Et enfin de son nez vint au monde Susanoo que nous découvrirons dans un cinquième et dernier article consacré à cette mythologie japonaise.

Tsukiyomi no mikoto (月夜見の尊) de son nom complet est le dieu de la lune et du temps. Son nom provient de l’association des caractères « tsuki », lequel signifie lune et « yomu » qui peut se traduire par lire ou compter. Deuxième des trois enfants de la noble fratrie conçue par Izanagi, Tsukiyomi est le moins célèbre. En effet, il est très peu connu, dissimulé dans l’ombre du rayonnement de sa sœur aînée, la déesse du soleil ainsi que par les frasques et de son jeune frère, le dieu de l’orage.

Les légendes relatant les péripéties du dieu de la lune et du temps sont très peu nombreuses. En effet tout ce qu’on sait de ce kami est qu’une fois venu à la vie, il escalada l’échelle céleste afin de rejoindre le « Takamanohara » (Haute Pleine du Ciel) là où il demeurera avec sa sœur. Seulement, un jour, Amaterasu dépêcha son frère cadet comme ambassadeur afin d’aller la représenter lors d’un repas donné par la déesse de la nourriture, Uke-Mochi. Le drame eut lieu lorsque que Tsukiyomi eu pris connaissance de la manière par laquelle son hôte prépara les mets qu’elle lui servit. En effet la légende veut que la déesse de la nourriture se tourna vers l’océan puis cracha un poisson, puis elle regarda en direction de la forêt avant de régurgiter du gibier et enfin elle se tourna vers une rizière avant de tousser un bol de riz. Malgré l’apparence exquise des mets, dégoûté, Tsukiyomi tua Uke-Mochi.

Cet acte fit entrer Amaterasu dans une colère noire, et dès lors, elle décida de ne plus jamais poser les yeux sur son frère. Et même si ce dernier demeura sur le Takamanohara, ils ne furent plus jamais vus l’un en présence de l’autre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la nuit succède au jour, puis le jour à la nuit et ainsi de suite.

Photographie du soleil et de la lune

La culture japonaise, même moderne, est restée profondément liée à sa mythologie comme nous avions pu le constater dans notre introduction à la mythologie japonaise. Ici nous pouvons le justifier par le fait qu’elle inspire de nombreux artistes et créateurs, notamment les célèbres « Mangaka ». En effet dans le manga « Naruto » de Masachi Kishimoto, les noms des différentes divinités que nous avons appris à connaître au cours de cette série d’articles sont associés à de puissantes techniques de ninjutsu et genjutsu utilisées par les membres du clan Ushiwa. En l’occurrence la technique de genjutsu Tsukiyomi est basée sur une illusion impliquant la manipulation et la déformation du temps, référence on ne peut plus claire au dieu de la lune et du temps.

京都ツラヂチョンでまたね。

(à bientôt sur Kyototradition !)

Photographies :

Glc PHOTOs

Dominique Cappronnier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × = 16

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>