La mythologie japonaise : Susanoo

représentation d'un temple en l'honneur de susanoo

Dans un premier temps, nous avons découvert la mythologie japonaise et ses liens étroits avec la culture japonaise moderne. Puis dans un second temps nous en avons appris plus sur cette mythologie à travers les péripéties de ses protagonistes les plus célèbres : Izanagi et Izanami, Amaterasu puis Tsukiyomi. Dans ce cinquième et dernier article consacré à la mythologie japonaise, nous allons aujourd’hui découvrir l’impétueux dieu de la mer et des tempêtes.

Susanoo no Mikoto de son nom complet, lequel signifie en français « rapide divinité impétueuse » ou encore « mâle impétueux », est le kami des mers et des tempêtes. Il fait également partie de la célèbre fratrie engendrée par Izanagi à son retour du monde souterrain. En effet lors de sa purification par ablution, Izanagi engendra trois divinités : Ainsi naquirent, de son œil droit Amaterasu, de son œil gauche Tsukiyomi et enfin de son nez Susanoo aussi connu comme Susano-wo.

Comme nous l’avions évoqué dans l’article consacré à Tsukiyomi Susanoo, contrairement à ses aînés, est d’un caractère moins modéré. Les premiers récits dans le Kojiki qui lui sont consacrés dépeignent souvent un tempérament emporté et des situations conflictuelles. En effet, très tôt, il a fortement insisté, sans succès, auprès de son père, Izanagi, afin que ce dernier lui octroie la permission de descendre dans les souterrains séjours infernaux pour rendre visite à sa mère, Izanami.

La relation conflictuelle qu’il entretient avec sa sœur, Amaterasu, ainsi que les offenses répétées commises à son encontre ont conduit cette dernière à s’enfermer dans une caverne privant ainsi les cieux et la terre de sa lumière, les plongeant dans une obscurité continue. Excédés par ses frasques les autres kami lui rasèrent la barbe et lui arrachèrent les ongles avant de le bannir des hautes plaines célestes. Selon la légende, il se serait servi des poils de sa barbe pour planter une forêt dans la province d’Izumo au Japon. Depuis lors il est également associé aux forêts.

représentation de susanoo

Une fois sur Terre, Susanoo entendit des lamentations. Il chercha d’où provenaient les voix et finit par tomber sur un couple de vieillards accompagné d’une jeune fille qu’ils étreignaient tout en se lamentant. Il leur demanda alors qui ils étaient et pourquoi se plaignaient-ils ainsi ? Le vieillard lui compta alors la terrible histoire : à l’origine il avait huit filles. Cependant depuis sept ans, chaque année, l’une de ses filles était dévorée par un dragon à huit têtes, yamata-no-orochi. Aujourd’hui était venu le tour de sa benjamine et il se lamentait, ne sachant que faire.

Susano-wo proposa alors au vieil homme de sauver sa fille s’il lui accordait la main de cette dernière en échange. L’accord conclu, le dieu transforma sa future épouse en peigne et la dissimula dans ses cheveux. Il fit ensuite bâtir une palissade percée de huit ouvertures autour du village de ces pauvres gens. Sous les huit ouvertures, il fit placer huit jarres remplies de saké. La bonne odeur de l’alcool de riz attira le monstre qui, guidé par son avidité, baissa sa garde et se mit à boire.

Susanoo, armé de son épée, Totsuka, défia alors le ver géant et le terrassa. Selon la légende il trouva dans la queue du dragon mort l’épée Nuage sourcilleuse du ciel mieux connue sous le nom de « kusanagi no tsurugi » ou encore « Ame-Murakamo-tsurugi ». Il offrit plus tard la rapière sacrée à sa sœur, la déesse du soleil, comme gage de sa bonne foi et de sa volonté de se réconcilier avec elle.

Ce combat légendaire entre Susano-wo et le yamata-no-orochi a sans aucun doute beaucoup inspiré Masachi Kishimoto l’auteur du manga à succès Naruto. En effet lors de son combat contre Uchiwa Sasuke, Uchiwa Itachi invoque Susanoo, représenté par un guerrier en armure armé de l’épée Totsuka et du « yata-kagami » (miroir de yata en français) en guise de bouclier afin de terrasser le yamata-no-orochi d’Orochimaru.

Une fois le dragon à huit têtes vaincu, le dieu de la mer et des tempêtes épousa la jeune fille qu’il avait soustraite à une mort certaine. Leur descendance régna sur la province d’Izumo, où de nombreux temples furent érigés à la gloire de Susanoo, pendant six générations avant que les descendants d’Amaterasu ne deviennent les premiers empereurs du Japon.

Après d’innombrables voyages, Susanoo finit par se retirer dans l’au-delà afin de rejoindre Izanami.

Ce cinquième et dernier article traitant de la mythologie japonaise vient confirmer son influence et son importance dans la culture actuelle de l’archipel nippon. J’espère que cette série d’articles vous a plu.

京都ツラヂチョンでまたね。

(à bientôt sur Kyototradition !)

Images :

Mdid

Timtak

Une réponse à La mythologie japonaise : Susanoo

  1. Ping : Amaterasu et le miroir - Kyototradition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 × = douze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>