Les différents types de sabres japonais

Découvrez les différents types de sabres japonais et devenez un expert dans le classement de ceux-ci !

Nous avons encore tous en mémoire les patronymes et les noms de codes, ainsi que les spectaculaires scènes de combats, sabre à la main, des personnages fictifs du célèbre film en deux volumes de Quentin Tarantino : Kill Bill. En dépit du talent avéré de son réalisateur, et des excellentes critiques qu’a engrangées cette œuvre, seul l’accent qu’elle met sur un objet inhérent à la culture japonaise nous y intéresse : le fameux sabre japonais dont la réputation n’est plus à faire.

Qu’en est-il réellement ? A l’instar de l’épée occidentale, le sabre japonais est composé de trois parties : la poignée ou le manche, « tsuka » en japonais, la garde nommée « tsuba » et enfin la lame « burêdo » en langue nippone. La lame, lorsqu’elle ne sert pas, est protégée par un fourreau, « saya » en japonais. Contrairement aux épées occidentales, les lames japonaises sont souvent dotées d’un seul tranchant.

Toutefois,  il est nécessaire de savoir que l’appellation « sabre japonais », « nihonto » en langue nippone, désigne, regroupe l’ensemble des lames de fabrication japonaise. En effet il existe plusieurs types de sabres japonais, variant les uns des autres par leurs tailles, leurs usages… Par ordre alphabétique nous avons :

Le dotanuki

Il se distingue du katana de par son poids, il pèse systématiquement plus de 1000 grammes et cela sans inclure le poids du fourreau, et sa lame épaisse non stratifiée. Ce sabre antérieur au Katana a été conçu afin de trancher sa cible en un seul et unique coup.

Le célèbre katana

Il est la figure de proue des « sabres japonais », sa renommée n’est plus à faire au même titre que la qualité de sa lame, il est le type de sabre utilisé par les personnages du film mentionné plus haut. La longueur de la lame excède systématiquement les 60cm, il pèse généralement entre 800 et 1300 grammes, il peut se manier à une ou deux mains selon la technique des utilisateurs. Le Katana était l’apanage des samouraïs, qui le portaient à la ceinture.

katana

Le kodachi

Il est l’aïeul du wakizachi avec lequel il est souvent confondu. En effet c’est une arme de petite taille comparée à ses congénères : elle n’excède pas les 65cm. Sa lame est incurvée et en général, on s’en sert par paire.

Le nagamaki ou nagamaki naochi

Il s’agit d’un très grand sabre ancestral (la lame pouvant atteindre 90 cm et le manche 120cm) Malgré son impressionnante taille, ce sabre souvent assimilé à une lance est bien une arme de poing destinée aux combats rapprochés.

Le naginata

C’est un très vieux sabre japonais, assez atypique. En effet, il se compose – comme tous ses congénères – d’un manche, d’une garde et d’une lame à la différence près que, et à l’instar des nagamaki, le manche se révèle être beaucoup plus long que la lame de constitution, courte et épaisse. Cette arme très prisée sur les champs de bataille servait, notamment, à couper les jarrets des chevaux.

Le nodachi

Très Grand sabre japonais (lame de plus de 100 cm de long) dont l’utilisation requiert les deux mains. Forger un nodachi est extrêmement coûteux à cause de sa taille. Son utilisation sur les champs de batailles a été délaissée au fil du temps au profit du katana, le transformant ainsi en arme d’apparat.  Contrairement à ses congénères qui se portent à la ceinture, lui, se porte à l’épaule.

Le tachi

C’est l’ancêtre du katana, sa lame incurvée mesure environ 70 cm.  C’était une arme particulièrement adaptée aux soldats montés.

Le tanto

Il est souvent assimilé à une dague ou un poignard de par sa taille. En effet, il ne mesure jamais plus de 30 cm. Néanmoins, il reste un membre de la grande famille des sabres car il en possède les caractéristiques que sont le tsuba, le saya et la lame forgée selon les techniques propres aux sabres japonais.

L’ushigatana

C’est sabre très incurvé à la base de la lame. Sa taille varie le plus souvent entre 60 cm et 90 cm. Il était très peu estimé à cause de la qualité médiocre de sa lame. Pour cette raison il était réservé aux simples soldats.

Le wakizashi

De tous les sabres japonais, il est celui qui se rapproche le plus du katana avec lequel il forme, par ailleurs, le « daisho », les armes du samouraï. En effet sa morphologie en fait un « petit katana » : sa taille est comprise entre 30 et 60 cm.

un wakizashi dégainé

Le yari

Sorte de grande lance japonaise dont la taille varie entre 200 cm et 400 cm et dont les lames sont droites ou en forme de croix.

Les différents types de sabres constituent une famille d’armes (car on retrouve toujours le même type de construction, manche, garde, lame et fourreau) plus ou moins anciennes et de tailles variables. Cette variation de taille est souvent due au fait que certains sabres étaient destinés à des rôles spécifiques.  Pourtant, force est de reconnaître qu’au fil des années certains sabres ont été moins utilisés puis ont finit par ne plus l’être, tout simplement parce qu’ils ont fini par se révéler obsolescètes, voire inutiles, les guerres devenant de plus en plus rares et les forgerons de plus en plus perfectionnés dans la réalisation d’armes efficaces (poids du sabre, tranchant des lames, aspect esthétique…)

Vous voilà à présent plus édifiés, j’ose l’espérer, sur les sabres japonais qu’avant la lecture de cet article.

京都ツラヂチョンでまたね。

(à bientôt sur Kyototradition ! )

image du katana : renfield

image du wakizashi : renfield

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit + 4 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>