Les 53 stations du Tokaido

Estampe les 53 stations du Tokaido

La route du Tokai, ou Tokaido, est une route mythique dans l’histoire du Japon. Découvrez la véritable route qui a été immortalisée par Hiroshige dans ses 53 estampes. 

Les Japonais ont toujours été admirés par leurs trains. Suite à la Seconde Guerre Mondiale et au boom économique qui l’a suivi, les Japonais ont eu à cœur de reconstruire leur pays ravagé par les bombardements. Ce renouvellement économique est passé par la construction de lignes ferroviaires.

La plus connue et la plus vieille au monde est la ligne Shinkansen-Tôkaïdô. Attardons-nous quelques instants sur cette ligne.

Shinkansen est le nom du train circulant sur la ligne. Connu pour sa vitesse et son déplacement silencieux, ce train blanc transporte plus de 150 millions de personnes par an. Le Tôkaïdô est, quant à lui, le nom de la ligne, qui relie Tōkyō à Osaka en passant par Nagoya et Kyoto en environ 2h30. Cependant une majorité d’entre nous ne connaissent point son histoire. Ce tracé est historique, datant de plusieurs siècles, où de nombreux Japonais ont foulé ce sol côtier.

Pour connaître l’histoire de cette route, remontons le temps et arrêtons-nous à l’ère Edo.  À cette époque, le règne des shoguns était implacable. Le pays du soleil levant vit sur lui-même, n’entretenant qu’un minimum de relation avec ses plus proches voisins (tout Européen pénétrant dans le pays était condamné à mort). Le Japon était régulé par un système féodal. Le niveau de vie était basé sur le revenu annuel qui se chiffrait en quantité de riz mangé par un japonais par an (le koko).  On peut dénombrer environ 200 princes ou seigneurs faisant partie de la catégorie des Daimyo (leur revenu annuel était de l’ordre de 10 000 koko). Pourtant au Japon, même si on était prince ou seigneur, on devait respect à son shogun et suivre les règles codifiées. Parmi ces règles, on trouvait l’obligation de posséder et d’entretenir une résidence à Edo (l’ancien nom de Tokyo), l’interdiction d’interaction avec des personnes d’autres domaines, ou certains membres de sa famille doivent rester au palais en tant qu’otages.

Le Tôkaïdô est la route empruntée par les Daimyo pour rejoindre Edo (lieu de résidence du shogun) à Kyoto. Suite aux règles édictées, les Daimyo sont tenus de faire le voyage tous les ans et de résider un an à Edo. Grâce à cela, les shoguns détiennent un pouvoir et un moyen de pression sur cette noblesse. Traumatisés par la guerre civile, ils voient ici un moyen de dépense conséquent (les Daimyo se déplacent avec toute leur suite qui peut contenir jusqu’à 1000 personnes) et donc un moyen de contrôle de cette population.

Cette route est alors quotidiennement empruntée par les processions seigneuriales, mais aussi par les voyageurs, les paysans et les moines. L’axe étant assez long (environ 550 kilomètres), il est jalonné de 53 stations prévues pour le repos des marcheurs. Ces stations, qui sont actuellement des villes, étaient distancées d’une dizaine de kilomètres et fournissaient le nécessaire pour les marcheurs (écuries, auberges, restaurants, hôtels).

53 stations du tokaïdo

Actuellement, cet axe est devenu deux principaux axes autoroutiers nippons. Cependant, il reste un élément majeur dans l’histoire littéraire et artistique du Japon. Les magnifiques estampes vendues dans notre site peuvent en témoigner.

 

Crédit photo : le site kyototradition.com

www.hiroshige.org.uk

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = null

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>