La fabrication du tissu du kimono et son assemblage

Si le kimono japonais « neuf et authentique » s’acquiert pour des milliers d’euro, c’est parce qu’il est valorisé par des techniques traditionnelles et manuelles. Nous avions vu précédemment les différentes techniques utilisées pour créer des motifs exceptionnels et de très haute qualité. Aujourd’hui, nous vous présentons d’une manière globale les deux principales étapes de la fabrication du kimono : celle de son tissu et celle de son assemblage.  
Kimono-mon3

Le tissage, la teinte du tissu et l’élaboration des motifs

Qu’il s’agisse de fils de soie, de fils de coton ou de lin, la première étape de la fabrication du kimono est le tissage. Le tissu sera alors de couleur unie ou aux motifs colorés. Dans le premier cas, le tissage peut être simple ou plus élaboré, avec des fils de différentes tailles ou travaillés de sorte à obtenir des motifs en relief. Dans le second cas, les fils peuvent être préalablement teints dans la perspective d’obtenir des motifs de diverses couleurs sur le tissu. Le tissu pour kimono aura toujours pour largeur 35 cm et sera présenté en rouleau de plusieurs mètres. C’est ainsi que l’on obtient les fameux tissus rectangulaires qui seront assemblés pour la réalisation du kimono.

kimono neuf noir avec des flames

Après le tissage, on procède à la teinte du tissu. D’un côté, il s’agit d’y donner une couleur majoritaire tandis que de l’autre, plusieurs techniques sont pratiquées afin d’y rajouter des détails. Un processus de cuisson à la vapeur permet alors au tissu d’acquérir la teinte voulue, utilisant notamment de la poudre de teinture naturelle. Les différentes formes géométriques peuvent être obtenues par l’utilisation de calques tandis que les autres types de détails sont généralement faits aux pinceaux. Le tissu teint est ensuite séché avant l’ajout d’ornements supplémentaires, tels que de la broderie, des fils dorés ou des feuilles d’or. L’ensemble de ce processus peut durer un mois pour un seul kimono, selon la complexité du travail à réaliser sur le tissu.

L’assemblage du kimono

Un kimono est généralement pourvu de cinq pièces rectangulaires dont la largeur est de 35 cm. Le kimono a pour particularité de ne jamais être recoupé, une fois ces pièces obtenues. Le premier rectangle consiste à réaliser la partie gauche, avant et arrière du kimono, tandis que le second servira pour la partie droite. Les troisième et quatrième rectangles formeront les manches, dont la longueur peut atteindre 1m20 pour les femmes. Le cinquième rectangle, approximativement aussi long que le premier, sera divisé en deux sur la longueur. La première pièce formera le col tandis que la seconde, encore divisée en deux, servira à réaliser l’okumi, une partie supplémentaire que l’on retrouve à l’avant du kimono, sous le col.

Cette description générale peut servir à la réalisation d’un yukata, kimono d’été simplifié, donc sans doublures. Si vous optez pour l’achat d’un tissu japonais et la réalisation vous-même de votre yukata, vous trouverez en lien à l’image ci-dessous, une notice détaillée qui vous aidera certainement.

Kimono-zbirka

Enfin, nous vous rappelons que c’est toujours le pan gauche du kimono qui se ferme sur le droit. Que vous ayez réalisé vous-même votre kimono ou que vous l’ayez acheté, vous pourrez trouver les accessoires qui l’accompagnent dans la boutique en ligne de Kyototradition.

京都ツラヂチョんでまたね。(A bientôt sur Kyototradition !)

Images :

By Alex Tora (Alex K in Ukranian and Japanese wikipedias (Own work) [GFDL, CC-BY-SA-3.0 or CC-BY-2.5], via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 × = seize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>