Hokusai

There are no products in this category.

Hokusai est probablement le créateur d’estampes le plus connu de l’histoire du Japon. Katsushika Hokusai, surnommé « Le vieux fou de la peinture » ou « le fou du dessin » est né en 1760, durant l’ère Edo. Il meurt en 1849, à 89 ans, après un parcours extraordinaire et laissant derrière lui des œuvres légendaires.

Fils adoptif d’un artisan fabriquant de miroir, il a été initié très tôt au domaine de l’artisanat. C’est comme cela, à 6 ans, qu’il a commencé à apprendre la gravure et la peinture. Vers 1774, à l’âge de 14 ans, il approfondit ses connaissances en devenant apprenti dans un atelier de xylographie. Il continue son  apprentissage auprès de Katsukawa Shunsho, un maître de l’ukiyo-e spécialisé dans la représentation des acteurs de kabuki, discipline appelée aussi yakusha-e. En intégrant cette école, il multiplie ses expériences dans ce style, en réalisant parfaitement les portraits, mais en ayant déjà une vue révolutionnaire sur les paysages. A la mort de son maître, il explore ce projet et entre en conflit avec l’école Katsukawa. Il quitte les lieux.

Son intérêt pour les paysages provient d’une influence occidentale. Si à l’époque, la politique du pays était l’isolement, seuls les néerlandais étaient autorisés à y pratiquer le commerce. C’est grâce à Shiba Kokan, en relation avec ces étrangers, qu’il découvre les techniques des perspectives importées de l’Occident. Bien qu’il ait réalisé de nombreuses œuvres, notamment relatives aux dessins, ce sont ses estampes japonaises représentant les paysages, issus des techniques occidentales, qui sont les plus célèbres. Il est notamment considéré comme étant le précurseur des mangas, à la suite de la sortie de ses premiers carnets de croquis, en 1814. Il s’agit de dessins humoristiques et originaux.

C’est en 1831, à 71 ans, qu’il connu son plus grand succès. C’est l’année de l’édition de sa série d’estampes « Les 36 vues du Mont Fuji ». Cette série comporte 46 estampes japonaises originales, dont des éditions particulières. On peut citer par exemple l’édition aizuri-e, dans un ton bleu en référence au Bleu de Prusse qu’il a utilisé. A son tour, cette collection a inspiré de nombreux occidentaux, à travers le japonisme.

Aujourd’hui encore, de nombreux créateurs d’estampes fabriquent des modèles d’Hokusai. Il ne s’agit pas de reproductions mais de véritables estampes, authentiquesfabriquées selon les méthodes traditionnelles. La seule différence entre une de ces estampes avec celles de l’époque d’Hokusai est la date de création.